Épisode #5 – The model

Publié le: 09 avril 2021

  1. Épisode #5 – The model Cultive Ton Potentiel 21:31

Retranscription de l’épisode:

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ”Cultive Ton Potentiel” le podcast qui vulgarise les concepts de croissance individuelle et collective selon une approche apprenante.

Je m’appelle Lamia Rarrbo et aujourd’hui dans ce 5e épisode, je vais te présenter The modèle! Oui! je vais te présenter Un modèle qui nous permet à mon avis de cultiver notre potentiel.

Car je le dis souvent, si on souhaite prendre le contrôle de notre vie et atteindre l’impossible; donc, si on souhaite Prendre Consciemment En charge Notre Vie: c’est par Développer nos habilités à compter sur nous-même en cultivant notre propre potentiel.

Ça donne l’air d’un discours prometteur, voir qui va nous faire gagner 1 million de dollars, mais j’espère que depuis quelques épisodes, tu commences à me connaitre, je suis assez cartésienne et je ne crois pas aux paroles qui vendent du miracle… En fait, on va explorer dans cet épisode notre cerveau.

Et Je ne vais pas forcement parler de mapping ou de cartographie de processus. J’aimerai en fait te présenter tout simplement le lien qu’il y a entre les pensées, les émotions et les actions.

Et Je suis vraiment très contente de faire cet épisode aujourd’hui parce que c’est l’une des notions qui a changé ma vie et qui est l’essence même de ce podcast.

Je commence avec une observation ou plutôt une question: Qu’est-ce qui fait que pour une même situation, on aurait différentes réactions? Je m’explique: l’exemple que je vais te présenter est un cas réel et vécu , donc comment ça se fait, que pendant une réunion où il y’a une équipe composée de plusieurs personnes de différentes personnalités et de fonctions et qui devaient réaliser une revue d’ indicateurs, donc, à la même rencontre, à l’instant T, on analyse un indicateur x, on aurait des personnes qui soient complètement inconfortables avec le code de couleur ”rouge” et je te rassure l’anecdote, c’était avant le Covid donc non …ces personnes n’avaient pas forcement associer pas ça à la pandémie et aux zones critiques…mais comment ça se fait que certaines personnes soient inconfortables avec ce code de couleurs, centaines personnes se fâchent, mettent en doute même la provenance des données et la fiabilité des indicateurs versus, d’autres, d’autres personnes qui sont à la même réunion, avaient un autre discours, une autre posture, une posture de curiosité et de recherche de solution?

Pour répondre à cette question, j’aimerai tout de suite faire référence aux deux personnes qui ont changé ma façon de voir les choses: Esther Taillifet ma coach qui m’a introduit le concept du modèle et la deuxième personne est Brooke Castillo qui l’a tout simplement créé et surtout qu’elle l’explique d’une manière extrêmement rationnelle. Brooke possède une école de coaching, the Life coach school et puisque je suis membre de son école, je peux partager avec toi le modèle sans enfreindre la déontologie, chose importante pour moi.

Donc, je vais te présenter un petit peu sa façon de présenter les choses. Brooke appelle ça le modèle. Parce que c’est tout simplement une modélisation de la pensée humaine. Cette modélisation reste une simplification, une façon d’expliquer simplement les choses.

J’ouvre une parenthèse, le principe d’un modèle, d’une cartographie de processus ou d’un schéma de design thinking quel qui soit, n’est pas d’essayer de reproduire la réalité telle quelle, un modèle son but c’est de reproduire certains aspects de la réalité qu’on a envie de comprendre.

Donc, le modèle de Brooke Castillo schématise le lien entre la pensée/les émotions/les actions, ce modèle simplifié du comportement humain, n’a pas pour but de reproduire exactement tous les aspects de la psychologie humaine, tout simplement parce qu’on ne la comprend pas encore. A l’heure d’aujourd’hui on ne comprend pas comment fonctionne le cerveau humain dans ses moindres détails et comment chacun d’entre nous gèrent ses propres émotions.

Par contre, ce que j’aime dans le modèle que propose Brooke Castillo c’est qu’il est facile à utiliser et à nous faire prendre conscience de certains aspects de notre vie.

Aussi, Brooke a décidé de créer ce modèle comme un moyen, un outil d’auto-coaching, qui permet de comprendre notre propre réflexion. Et le principe de base du modèle, qu’elle dit d’ailleurs, qu’elle n’a pas inventée, c’est le principe suivant:

Il y a des circonstances dans le monde où ce sont des choses que nous ne pouvons pas contrôler. Tout ce qui se passe en dehors de nous est une circonstance/ ce sont des faits. Et là, tu vas me dire que c’est une évidence, il y a tellement de choses que nous ne pouvons pas contrôler #COVID.

Aussi, Nous ne pouvons pas contrôler les autres. Et nous ne pouvons pas contrôler notre passé parce que c’est déjà fait.

Nous ne pouvons rien maitriser de ce qui se passe à l’extérieur de nous, et ce sont toutes des circonstances.

Dans la plupart des cas, nous pensons que soit tout est sous notre contrôle, sous notre maitrise ou que rien ne l’est! Et en fait, ce n’est jamais aussi binaire, aussi blanc ou noir. En fait, les circonstances ne sont pas sous notre contrôle, par contre, tout le reste l’est.

Le monde extérieur n’est pas sous notre contrôle, les autres personnes ne sont sous notre contrôle et notre passé n’est pas sous notre contrôle, par contre, bonne nouvelle, tout le reste l’est: Toute notre expérience actuelle est sous notre maitrise. Ce que nous décidons de penser, ce que nous décisions d’avoir comme pensée consciente qui traverse notre cerveau est entièrement sous notre contrôle.

Et Pour moi, c’était ça, la première révélation, c’est justement que toutes nos pensées sont sous notre maitrise. Car la plupart du temps, Nous pensons que nos pensées ne sont pas sous notre contrôle, et en fait la plupart d’entre nous ne savent même pas ce que nous pensons. Nous répondons à nos pensées dont nous ne sommes même pas conscients.

Et pourquoi est-ce important? Car selon le modèle de Brooke, c’est que ce sont nos pensées qui créent nos émotions.

Et puisque le modèle de Brooke est une représentation simplifiée de la manière dont fonctionne l’être humain. Il permet en fait, d’analyser n’importe quelle situation en la découpant en 5 étapes.

Et ma deuxième révélation est le modèle lui-même que je résume comme suit:

Pour une CIRCONSTANCE donnée qui va créer chez nous, des PENSÉES, qui elles-mêmes vont créer chez nous des ÉMOTIONS, qui seront à l’origine de nos ACTIONS/INACTIONS/RÉACTIONS, qui elles-mêmes seront à l’origine de nos RÉSULTATS.

Et si nos émotions sont causées par nos pensées et que tout ce qu’on fait dans notre vie est pour nous sentir bien et grandi, n’est-il pas important de savoir ce qu’on pense?

Et le problème est que personne ne nous enseigne cela. Personnellement, j’aurais aimé le savoir étant jeune!

Donc, si je reviens au modèle pour détailler les 5 étapes avec un exemple de cas concret avec Sonia- Sonia rappelle-toi je l’ai introduit au 2 eme épisode, c’est une femme entrepreneur qui veut se lancer dans la consultation TI.

  1. La première partie est la CIRCONSTANCE. C’est la partie factuelle. Donc la circonstance est toujours neutre, ni positive, ni négative.  Si on est dans une pièce avec 10 personnes, ben les les 10 personnes seront d’accord avec toi.  Les circonstances peuvent être de 3 catégories: des évènements extérieurs ou les actions, les paroles et même les pensées d’autres personnes, ou son propre résultat passé.

Pour Sonia, sur la ligne C, elle va écrire: C: J’ai une présentation de 15min avec des clients potentiels pendant laquelle je dois présenter une offre de service.

  1. La deuxième étape, ce sont les PENSÉES, Qu’est-ce qu’une pensée? c’est une interprétation qu’on peut avoir des circonstances.

Les pensées vont se traduire par une phrase dans notre tête et ce n’est pas n’importe quelle phrase, ça va être une phrase qu’on croit, quelque chose qui nous parait vrai. C’est notre jugement face à la circonstance. Rappelle-toi l’épisode 1 ou je fais référence à notre discours interne. Si je reprendre l’exemple de Sonia, sur la ligne P, elle écrit: P: Je ne vais jamais réussir à bien expliquer ce que j’ai fait en si peu de temps.

  1. La troisième étape, il y a les ÉMOTIONS qui sont générées par ces pensées. Donc l’émotion représente ce qu’on ressent face à la pensée. L’émotion ça va être un mot comme par exemple tristesse, colère, envie, amour, peur, regret … Des mots qui vont découler de la pensée qu’on avait juste avant.

Si je continue avec l’exemple de Sonia, sur la ligne E, elle écrit: E: Stress

  1. La quatrième étape et après l’émotion viens l’ACTION, qu’elle soit dans l’action/l’inaction/la réaction, tout ce que nous provoque l’émotion qu’on a juste avant. Le terme latin d’émotion vient de move qui signifie action. Donc finalement c’est l’émotion qui va être le moteur de l’action.

Si je continue avec l’exemple de Sonia, sur la ligne A, elle écrit: A: Pendant ma présentation je parle vite, je bafouille, j’essaye de donner un maximum d’informations.

  1. La cinquième étape et le dernier aspect de ce modèle, ce sont les RÉSULTATS qu’on obtient. L’action que l’on va choisir va nous donner le résultat. Et le résultat confirme toujours la pensée de départ

Si je continue avec l’exemple de Sonia, sur la ligne R, elle écrit: R: Je n’ai pas exprimé clairement ce que j’ai fait. —> le résultat confirme bien la pensée de départ Je répète dans l’ordre :

1) il va y avoir des CIRCONSTANCES qui vont créer chez nous

2) des PENSÉES, qui elles-mêmes vont créer chez nous des

3) ÉMOTIONS, qui seront à l’origine de nos

4) ACTIONS/INACTIONS/RÉACTIONS, qui elles-mêmes seront à l’origine de nos

5) RÉSULTATS.

Au-delà du fait que ça permet de mieux comprendre une situation, et de mieux comprendre ce qu’il se passe, ce qui est déjà très intéressant en soi. Ça va nous permettre de corriger la situation si on souhaite d’avoir un résultat souhaité et de faire le parcours inverse, donc de commencer par le bas:

Là je te mets dans la retranscription deux exemples,

Par exemple, si je souhaite ouvrir une chocolaterie

Sur la ligne R: je suis propriétaire d’une chocolaterie

Sur la ligne A: je fais une étude ma marché/ j’achète un local et je l’opère

Sur la ligne E: J’ai envie de produire un chocolat de qualité pour les grands et les petits

Sur la ligne P: J’aimerai contribuer à ma manière, laisser un leg et devenir propriétaire d’une chocolaterie qui aura du succès

Sur la ligne C: : J’ai une présentation de 15min avec des clients potentiels pendant laquelle je dois présenter une offre de service.

Par exemple, si je souhaite avoir du succès dans ma présentation d’offre de service

Sur la ligne R: je me suis exprimée clairement sur mon offre de service

Sur la ligne A: pendant ma présentation, je parle avec assurance des grandes lignes de mon offre dont les clients peuvent en bénéficier

Sur la ligne E: Je suis confiante sur l’offre que je vais proposer

Sur la ligne P:  Je vais réussir à bien expliquer ce que j’ai à proposer en utilisant les principes du discours d’ascenseur

Sur la ligne C: J’ai une présentation de 15min avec des clients potentiels pendant laquelle je dois présenter une offre de service.

Maintenant, ce que j’aimerais qu’on fasse c’est de se poser la question : « qu’est-ce qui fait que j’ai les résultats actuellement dans ma vie? comment je suis arrivé dans la situation dans laquelle je suis aujourd’hui ? » et « pourquoi je ne suis pas dans une autre situation que je préfèrerais

Tu prends une feuille de papier ou sur ordi et tu notes les lettres/ les initiales du modèle, je te mets un outil prérempli avec ma retranscription

Tu commences par la ligne du bas, tu prends le temps de réfléchir en te demandant quel résultat, tu souhaites obtenir?

Dans la ligne des « résultats » tu mets par exemple : « je suis directrice » ou « je suis proprio d’une chocolaterie » etc.

Après, tu te demandes ce qui t’as amené à ce résultat et tu essaies de trouver ce qui t’as mené à ce résultat dans ton passé. Trouve une des choses qui a fait que tu as eu ce résultat, c’est souvent l’action motrice qui t’a fait que tu as eu ce résultat.

Petite parenthèse – il est fort probable que dans la ligne des actions, si tu une inaction c’est ce qu’on appelle de la procrastination.

Et en remplissant le modèle tu vas trouver l’émotion qui est à l’origine de cette procrastination et il faudra voir si tu ne peux pas modifier cette pensée pour en trouver une autre que tu peux croire aussi et qui te permettra d’avoir un résultat différent dans ta vie.

Et quand tu repenses à ce principe, finalement, tout ce que tu as fait comme réalisation dans ta vie est dû à une émotion. Donc, si les émotions sont la chose la plus importante, ne pense-tu pas qu’on ne devrait pas nous apprendre que toutes nos émotions sont causées par nos pensées et peut-être que nous devrions apprendre à penser exprès d’une manière consciente et voulue, afin que nous puissions créer les émotions que nous souhaitons. C’est quand même incroyable! Je souhaite vraiment que quelqu’un devrait l’enseigner à l’école, ça permet de relativiser et de prendre conscience de notre pouvoir.

Ainsi, nos pensées créent nos émotions. Et les émotions sont également importants car ils sont le moteur de toutes nos actions. Ils sont le carburant de nos actions. Alors, quand tu te poses la question, pourquoi est-ce que je n’agis pas? Pourquoi je n’ai pas fait tel ou tel action? C’est à cause de ce que tu ressens. Ou pourquoi prends-tu une action que tu ne voulais pas entreprendre? C’est à cause de ce que tu ressens. Tes émotions sont donc le moteur de tes actions. Et puis, bien sûr, tes actions vont toujours créer les résultats que tu veux dans ta vie ou que tu ne veux pas dans ta vie. Tes actions créent tes résultats.

Je résume cela encore une fois, tes pensées, ces phrases dans ton esprit sont ceux qui créent tes émotions.

Tes émotions sont ceux qui motivent tes actions et tes actions créent tes résultats.

Maintenant, qu’est-ce qui détermine ce que nous pensons? Telle est la prochaine question logique. Si ma pensée est le moteur de tout, si elle crée mes émotions, si elle crée mes actions, si elle crée mes résultats, alors j’ai besoin de savoir ce que je pense. Et j’ai aussi besoin de savoir comment changer cette façon de penser si je veux un résultat différent dans ma vie.

Ainsi, la plupart d’entre nous n’ont jamais appris à être témoins de notre propre pensée pour observer avec détachement notre propre pensée, et c’est quelque chose qui demande vraiment de la pratique. Ce que je veux dire par là, c’est que le processus qui consiste à regarder ton cerveau penser t’oblige à te séparer de ton propre esprit. Et la plupart d’entre nous, on ne fait pas cette séparation. Donc, pour entrer dans ce mode d’observateur, nous devons nous séparer de notre esprit afin de nous regarder penser/ de nous observer penser.

Un peu comme la pensine? La pensine, je ne sais pas si es familier avec le monde d’Harry Potter, mais Dumblodore possède, enfin possédait un chaudron dans son bureau qui s’appelle la pensine et grâce à sa baguette magique, il peut extraire ses pensées en touchant son front avec sa baguette et ainsi un fil d’or représentant sa pensée peut se poser sur le chaudron. Quand Harry lui demande quel est l’intérêt de faire ça? Dumblore lui répond qu’il pourrait ainsi analyser ses pensées ulterieurement. En fait, Dumblodre libère sa charge mentale sur le moment donc de tout son brouhaha pour pouvoir analyser plus tard ses pensées

Nous, on n’a pas de baguette magique, ni la pensine, mais on a un équivalent et c’est un crayon et du papier ou même un ordi. Donc l’écriture permet justement d’accéder aux pensées du subconscient.

Rappelle-toi, nous avons environ 60 000 pensées par jour. Et si tu n’as jamais donné une direction à ton cerveau ou n’a jamais dit à ton cerveau quoi penser, il se peut que tu penses à de vieilles pensées de l’enfance, peut-être que tu as des schémas ou des cycles qui ne te serrent plus maintenant.

Maintenant, si tu essaie de changer ou d’agir, c’est-à-dire, être dans l’action, sans changer la pensée ou l’émotion qui anime l’action, tu vas avoir du mal, car tu vas devoir travailler contre cette émotion et cette pensée qui crée en fait ce sentiment. C’est pourquoi pour beaucoup d’entre nous, le changement est si frustrant parce que nous essayons de changer l’action au lieu d’essayer d’arrêter de tergiverser sans changer la pensée et l’émotion qui les motivent.

Lorsqu’on commence à comprendre pourquoi on fait quelque chose ou pourquoi on ne fait pas tel ou tel chose, on comprend notre inaction ou on comprend pourquoi on ne peut pas agir à cause de la pensée et de l’émotion qui nous motivent. Et si on décide de changer ce modèle de pensée, on sera capables de changer les actions beaucoup plus facilement.

Et c’est vraiment l’intérêt de l’introspection. Il s’agit de trouver la cause de nos habitudes, la cause de nos schémas, pourquoi nous faisons ce que nous faisons. Et quand nous découvrons cela, le changement est tellement plus facile.

Maintenant, généralement, lorsqu’une personne découvre ce concept, ce modèle, la personne veut changer ses pensées immédiatement. Mais tu t’es douté, ce n’est pas aussi facile…. Nous sommes tellement nombreux à passer tellement de temps à vouloir les choses rapidement, on veut faire les changements vite, maintenant et tout de suite.  Nous n’allons pas nous battre aujourd’hui. Ce que nous allons faire, c’est comprendre avec curiosité pourquoi nous faisons ce que nous faisons? » Parce que je crois que chacun a une très bonne raison pour laquelle il fait ce qu’il fait ou pourquoi il ne fait pas ce qu’il ne fait pas.

C’est comme dans la conduite, si je suis en mode recul, je fais marcher arrière, je ne peux pas passer en mode drive tout de suite, je dois passer par le neutre, donc si on s’aperçoit, que je déteste quelque chose, je ne peux pas tout de suite décider de l’aimer, je dois passer par les pensées intermédiaires, rentrer dans une zone neutre. Et bien sûr, le faire sans autocomplaisance, ni auto- sabotage.

Ce lieu est un lieu de compassion, de compréhension et d’amour, et à partir de là, nous pouvons envisager de changer. Nous ne pouvons pas nous battre pour changer, nous ne pouvons pas nous battre dans le changement, ce ne sera pas permanent et cela ne durera pas, que nous essayons de faire quelque chose dans notre vie, de créer quelque chose dans notre vie, nous ne pouvons pas le faire avec force car nous tomberons sous la pression.

Et le cerveau aime la répétition, il aime la logique et il aime être efficace. Donc, une fois que le cerveau aura des pensées, des pensées conscientes et dirigées encore, encore et encore et encore, c’est là qu’on va obtenir les résultats souhaités.

Et pour conclure, l’étape qui consiste à regarder à l’intérieur de ton cerveau et de voir ce que tu penses, de prendre conscience de tes pensées pour te demander pourquoi je veux les changer. Puisqu’ il s’agit de quelque chose que tu veux changer dans ta vie, si tu te demandes pourquoi tu fais quelque chose, pourquoi tu ressens ce que tu ressens, la réponse que tu te donnes sera toujours en lien avec une pensée. Et c’est la meilleure façon de savoir ce qui se passe dans ton cerveau, car ce qui se passe dans ton cerveau est ce qui déterminera qu’est-ce que tu vas ressentir, comment tu vas agir et les résultats que tu vas obtenir.

Maintenant, Si tu souhaites que je t’accompagne dans l’écriture de tes propres modèles, n’hésites à m’écrire sur info@cultivetonpotentiel.com

Je vais m’arrêter là et te remercie de m’avoir écoutée! J’espère que tu as eu autant de plaisir à écouter mon podcast que j’en ai à le créer!

Si tu penses à 2 ou 3 personnes qui pourraient en profiter, je t’encourage à leur en faire part.

Sur ce, je te laisse cultiver les graines. Prends soin de toi, je t’embrasse, passe une excellente fin de semaine et je te dis à bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *