Épisode #4 – Le secret d’une bonne planification

Publié le: 26 mars 2021

  1. Épisode #4 – Le secret d’une bonne planification Cultive Ton Potentiel 19:59

Retranscription de l’épisode:

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans “Cultive Ton Potentiel” le podcast qui vulgarise les concepts de croissance individuelle et collective selon une approche apprenante.

Je m’appelle Lamia Rarrbo et aujourd’hui dans ce 4e épisode, on va parler du secret d’une bonne planification.

Et je veux tout de suite te révéler ce secret: Personne né organisé/ personne né avec cette capacité de tout planifier et tout organiser que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle.

Cependant, quand je suis arrivée ici au Québec, j’étais quand même subjuguée par l’organisation assez naturelle des gens autour de moi… et ça m’a amené à réfléchir et à me demander ce qui fait que certaines personnes ont des prédisposions à l’organisation et que d’autres pas. En Algérie, on ne pouvait pas trop se projeter ni trop planifier car on vivait dans l’incertitude et à cause ou grâce à ça, ben ça nous a permis de développer notre résilience et à notre capacité à gérer le changement…ceux qui ont vécu dans des pays comme l’Algérie ou ont eu une enfance loin c’être rose, ont remarqué peut-être que leur planification est moins structurée mais leur force de résilience leur permet de gérer tout imprévu.

Donc, nous allons parler de la planification et de son pouvoir. L’une des raisons pour lesquelles je voulais en parler est que je pense que c’est excellent exemple de concept que beaucoup comprennent mais ne le font pas. C’est comme faire du sport et de l’exercice. Je pense que les gens savent qu’ils doivent en faire mais ils ne le font tout simplement pas, et je pense qu’il en va de même pour la planification. C’est-à-dire qu’on comprend cela intellectuellement mais qu’on a de la difficulté à la mettre en place facilement… que c’est loin d’être inconscient.

Et à mon avis, ce qui est expliquerait ça, c’est que certaines personnes qui ont de très grands projets mais qui ne les réalisent pas, c’est que ces projets restent dans un état de grand projet, sans rien de très précis à mettre en œuvre. Quand on arrive à planifier, par exemple, si tu décides d’aller quelque part, tu veux faire un Québec-Toronto, tu décides en principe comment tu veux y aller, par avion, par voiture ou par train, tu décides à quelle fréquence tu souhaites t’arrêter et jusqu’où tu veux aller. Tu peux même décider dans quel resto tu vas manger. Et du coup, Quand on arrive à planifier, c’est comme regarder la carte, tu peux voir l’ensemble de la route mais tu peux aussi zoomer et avoir des détails aussi précis que tu le souhaites.

Et le problème à mon avis et que Je pense que parfois nous renonçons à nous-mêmes avant même d’avoir commencé. Nous renonçons car nous doutons et nous doutons car nous ne croyons pas suffisamment à nos objectifs.

Je veux que tu y penses ! Pense à une seule chose maintenant que tu veux dans ta vie. Juste une : apprendre l’anglais/ perdre 10 kg/ ouvrir un resto/ bâtir un chalet.

Ne serait-ce pas génial si tu le faisais ?

Penses-y à cette chose. Quel est ton plan pour l’obtenir ?

Maintenant, je veux que tu penses à quelque chose que tu as réalisé dans ta vie dans le passé : t’as peut-être obtenu un diplôme, acheter une voiture, voyager, etc., tout ce que tu as obtenu comme résultat jusqu’à maintenant dans ta vie, t’as amené à faire un moment donné une planification…tout commence avec une planification :  tu avais un plan et tu l’as exécuté.

Et peut-être que ce plan, tu l’as décomposé en mois, puis en semaines puis en jour et tu avais même peut-être des tâches à faire/ des to-do sur ton calendrier.

Et je suis sûre que la raison que tu as réalisé ton plan, ce n’est pas seulement parce que tu l’as programmé, mais surtout que tu l’a cru. Pour que tu l’ais fait, il fallait d’abord y croire, Y Croire, car c’est la seule condition qui différencie ceux qui seront en actions, donc qui planifient et qui réalisent leurs objectifs versus ceux qui ne réalisent pas leurs objectifs. Car la plupart des gens ne feront pas le travail, le travail fastidieux de planifier et de réaliser quelque chose s’ils ne croient pas que c’est possible.

J’avais présenté dans l’épisode 3 comment concrétiser sa vision en objectifs notamment en notant tous les obstacles que tu prévois pour expliquer pourquoi tu ne peux réaliser ces choses. Tu transformes ainsi tous ces obstacles en choses à faire. Tu mets toutes ces choses à faire dans l’ordre d’exécution, puis tu les mets sur ton calendrier et tu les fais.

Dans mon côté, Quand j’ai eu cette idée de création de podcast, j’avais besoin d’être robuste avec ma planification car Je ne sais pas si tu le sais, mais je travaille à temps plein, je suis maman et j’avais besoin d’être structurer pour pouvoir lancer mon podcast :

Donc, durant les fêtes, à la fin de l’année dernière: Je m’étais assise et ce que j’ai remarqué, c’est que j’étais agitée et que je me sentais anxieuse à ce sujet et j’avais toutes sortes d’émotions négatives/ désagréables, parce que j’avais en quelque sorte cette vague idée de ce que je voulais faire avec ce podcast mais je n’étais pas sûr de ce que j’allais faire, alors j’ai décidé de clarifier pourquoi je voulais le faire, après j’ai mis sur écrit quel serait mon objectif final qui représente ma vision, dans mon cas, je veux créer une communauté active qui partagerais ses bonnes pratiques ,  j’ai par la suite noté tous les obstacles qui sont apparus, et ce que j’ai remarqué, c’est que beaucoup d’obstacles qui s’étaient présentés n’étaient que des points d’indécision, juste des points où je n’avais pas pris de décision, je n’avais pas fait de plan concret. Par Exemple : est-ce que le podcast sortirait chaque semaine ou chaque mois ?  Par quoi je commence ? Est-ce que je crée un site ou pas ? Le fameux nom du podcast ? Etc.

J’ai commencé donc à planifier un calendrier de sujets avec l’ensemble les titres des épisodes de la première année et j’ai commencé à écrie, écrire et encore écrire jusqu’à constituer les 3 premiers épisodes-et plonger dans le contenu m’a permis de me donner de la clarté par rapport au projet lui-même…

Ça m’a donc rassuré et m’a permis de me prouver que j’en étais capable…du moment qu’on est en action, on dépasse nos peurs et nos craintes à mon avis et ça nous libère d’une certaine façon car toute cette énergie qu’on a dépensé à réfléchir le pour et le contre, elle est maintenant orientée dans le comment. Du moment qu’on prend une décision, on s’y tient et on fonce. À mon avis, l’énergie d’indécision nous épuisent, nous épuisent davantage que l’action elle-même.

À la minute où j’ai pris la décision, l’énergie d’indécision s’est complètement évaporée et toute mon énergie est allée à la planification et de la façon dont je vais le faire. Ça libère la charge mentale. A partir du moment où les tâches sont actées et mises dans un agenda et tu sais qu’elles seront faites, qu’elles sont prévues et que tu n’as plus à y penser. Elles ne sont plus dans ton cerveau.

Et selon mon expérience : Planifier les tâches importantes que tu dois faire, va te permettre d’avoir du temps de cerveau disponible et du temps de créativité. Cela ne va pas dans le sens inverse de la créativité.

Dès que j’ai fait le plan, je savais exactement quoi faire, je l’ai mis sur mon calendrier. Maintenant, je n’ai plus jamais à y penser pendant la journée car c’est sur mon calendrier. Je regarde mon calendrier et c’est lui qui me dicte quoi faire et ce dont je dois m’occuper.

Pour moi, je prévois à temps quand je vais travailler sur mon podcast, et je prévois du temps de qualité avec ma famille, je prévois à temps pour lire et je prévois à temps pour me détendre, donc je n’ai pas à prendre constamment ces décisions.

Alors quand les gens me disent : “Je n’aime pas cette structure. Cela me semble tellement contraignant. Je n’aime pas toujours avoir quelque chose dans le calendrier”.

C’est parce qu’ils n’ont pas le bon état d’esprit et aussi C’est parce qu’ils ne le font pas correctement, et ce que je veux dire par là, c’est qu’ils ne planifient les bonnes choses, qu’ils n’ont planifié pas les choses qu’ils aiment et peut-être qu’il leur manque de l’espace entre leurs activités et Et si tu dois le faire de ton côté, je te propose de planifier tes journées en pensant à ta journée idéale.

Donc si tu penses à ce que serait une journée parfaite, comment pourrais-je la planifier, alors fais-le et cela inclura tout ce que tu veux accomplir. Cela inclura tout ce que tu veux vivre dans ta journée et dans ta semaine.

Tu reprendras ainsi le contrôle sur ton temps.

Car, Le temps est limité, quoi qu’il arrive que tu planifies ou pas, la journée va se remplir.

Penses-y est-ce que ce que tu fais dans ta journée, est-ce que c’est réalisé consciemment ?

Est-ce que planifie délibérément et prends-tu vraiment soin d’accomplir ton objectif ? et où n’as-tu aucun plan ?

À mon avis, il ne faut pas confondre pas ne pas avoir de plan avec être libre. C’est le contraire.

Planifier ta vie est ce qui te donne la liberté parce que tu le fais en conscience. La liberté est quelque chose que tu te donnes. La liberté signifie que tu t’es choisie et que tu t’es priorisé.

Beaucoup de personnes pensent donc que la planification signifierait un manque de liberté, un manque de possibilité d’être créative, un frein/un cadre qui pourrait les bloquaient, et qu’on se sentirait complètement bridée, et avoir l’impression d’être dans l’obligation de faire des choses.

Je pense que pour beaucoup d’entre nous, le fait de planifier, de prendre un agenda et d’y noter que tel jour nous allons faire telle chose, cela peut nous paraitre comme étant une contrainte.

J’ai envie de te proposer que ce soit plutôt le meilleur moyen de prendre possession de ta liberté, parce que quoi qu’il arrive, nous avons 24h par jour, 168 heures par semaine.

Nous avons tous la même quantité de temps et nos journées se remplissent qu’on planifie ou pas. Donc, qu’on planifie ou non, nos journées se remplissent. Il y a des choses qui se mettent dans notre emploi du temps au fur et à mesure, il y a des imprévus ou des tâches qui sont peut-être de la procrastination.

Le fait de ne pas avoir planifié les choses qui sont importantes pour toi, les choses que tu as vraiment envie de faire, cela ne va pas te rendre plus libre de ne pas les planifier, c’est même tout le contraire.

Je ne sais pas si tu connais l’analogie du bocal, mon exemple est un bocal coloré :

On prend donc un bocal dans lequel il est rempli des grosses billes et du sable, les billes sont les actions ou taches que tu as planifiées et le sable sont toutes les activités que tu ne planifies pas : si tu ne fais pas de planification c’est un peu comme si tu te disais que tu ne voulais pas mettre les grosses billes dans le bocal parce qu’après il n’y aura plus de place, bien que le sable s’accumule quoi qu’il arrive.

L’idée est plutôt de se dire : si je mets mes grosses billes dans mon bocal, et que pour chaque catégorie de ma vie, j’ai une couleur variée, je pourrais quand même caler tout le sable que j’ai à mettre. Autrement dit : Une bille rose va être toutes les activités créatives, donc je trouverais de la place si je planifie les choses qui sont importantes pour moi et qui me nourrissent.

Lorsque l’on a peur de la contrainte, c’est qu’on n’est pas dans l’abondance, tout est question de mindset, d’état d’esprit sur l’abondance : si je me dis que j’ai 24h dans ma journée donc 168 heures dans ma semaine et que je peux prendre un 2h de mes 168 heures pour travailler sur un projet qui me tiens à cœur donc que je priorise une grosse bille bleue dans mon bocal. En l’occurrence pour moi la bille bleue serait mon podcast.

Aussi, La raison pour laquelle nous restons accrochés à cette croyance sur la planification qui est contraignante, ce sont des pensées qui sont liées à notre identité, ce sont des pensées auxquelles on s’accroche parce qu’elles sont identitaires. Je ne pas organisée parce que je suis bohème. Je ne suis pas un robot, etc.

Nous ne sommes pas définit par nos actes mais par qui nous sommes intrinsèquement en tant qu’individus.

Ce qui a changé entre les deux, c’est toute l’histoire que je me raconte, c’est tout le brouhaha mental et tout le bla-bla qu’il y a autour de la situation. C’est cet état d’esprit mental qui nous limite en réalité et qui nous empêche d’être la personne qu’on a envie d’être !

Ce n’est pas qui nous sommes vraiment ou notre identité qui nous empêchent de planifier, c’est tout ce que l’on se raconte et ce sont des arguments que notre cerveau nous trouve, pour nous maintenir dans cette situation de statuquo car rappelle-toi notre cerveau ne veut pas sortir de sa zone de confort.

Et avant de finir, ce qu’il faut prendre en compte à mon avis, un peu comme les autres domaines de notre vie, ce n’est pas parce qu’on teste quelque chose et que cela ne marche pas du premier coup, que la chose en question ne nous convient pas.

En l’occurrence, si tu n’as jamais planifié de ta vie, il y a de très bonnes chances pour que la première fois où tu le fais, ta planification ne sera pas forcément « bonne », dans le sens où peut-être que tu vas prévoir un temps pour faire quelque chose alors qu’en réalité tu avais besoin de plus ou moins de temps.

Peut-être que tu vas prévoir trop de choses dans votre journée et que tu n’avais pas anticiper qu’il te faut des moments de vide, que tu devrais prévoir de vrais moments de détente. Peut-être qu’au début tu feras cette erreur de ne pas prévoir suffisamment de temps, peut-être que tu feras l’erreur aussi sur le timing, comme pour l’écriture par exemple, pour moi, je suis optimale plus le matin que le soir…

Tout cela, tu ne peux pas le savoir si tu ne le fais, si tu ne le teste pas. Et demande- toi est-ce que dans ma planification, est-ce que je ne vais pas me sentir moins stressée et plus libre et réaliser une vie qui me ressemble davantage !

Remarque que ce qui est bloquant, ce n’est pas ton mode de fonctionnement, ce n’est pas ce qui est réellement possible ou non mais c’est toute la résistance mentale que l’on a face au fait de planifier. Si tu regardes les personnes qui planifient naturellement, elles ont remarqué que planifier lève le niveau de leur stress.

À l’inverse si elles ont beaucoup de choses en tête et qu’elles ne savent pas quand cela va être fait, cela va leur créer un fort niveau de stress, naturellement elles seront allées vers la planification, parce que cela est très efficace pour faire baisser le niveau de stress.

Le problème des personnes qui ne planifient pas naturellement, c’est que ces personnes s’accoutument au niveau de stress, on s’accoutume donc à tout faire à la dernière minute. Par contre, remarque comment qu’à partir du moment où ces personnes vont commencer à planifier, elles pourront s’affranchir de cela.

Ce qui n’est pas planifié a tendance à être reportée car il y’aura des toujours urgences ou des imprévues. Et les choses qui sont reportées ont de fortes chances de ne jamais être réalisé. Pense à quelque chose que tu souhaitais faire depuis plusieurs jours/ semaines/ mois/ années …pourquoi tu ne l’as jamais fait ? C’est peut-être que c’est resté dans un état de souhait/ une intention plutôt quelque chose de planifié.

Une dernière chose que j’avais envie de te dire avant de finir cet épisode, c’est de faire preuve de patience. Si tu ne l’as jamais fait eh bien fais-le, réajuste-le en fonction de ce qui n’a pas fonctionné, ce qui a été mal planifié et réajuste tout cela. Pour pouvoir y parvenir, il faut que tu ais un planning, certes, mais il faut aussi que tu ais les clés pour le suivre, fie-toi au processus et fais-toi confiance.

Je vais m’arrêter là et te remercie de m’avoir écoutée. Je te donne rendez-vous dans deux semaines.

Je t’invite à t’abonner pour ne pas manquer les prochains épisodes, tu peux le faire sur l’application de ton choix. Je te fais quelques suggestions d’applications si tu n’es pas familier avec le format et je te retrouve dans la section commentaire ou sur les réseaux sociaux.

Sur ce, je te laisse cultiver les graines. Prends soin de toi, je t’embrasse, passe une excellente fin de semaine et je te dis à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *