Épisode #3 – Comment concrétiser sa vision en objectifs ?

Publié le: 12 mars 2021

  1. Épisode #3 – Comment concrétiser sa vision en objectifs ? Cultive Ton Potentiel 28:06

Retranscription de l’épisode:

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans “Cultive Ton Potentiel” le podcast qui vulgarise les concepts de croissance individuelle et collective selon une approche apprenante.

Je m’appelle Lamia Rarrbo et aujourd’hui dans ce 3e épisode, on va parler de comment concrétiser sa vision en objectifs.

Si tu écoutes ce podcast, peut-être que tu as envie de grandir, d’apprendre à te connaitre davantage et à être conscient de ton potentiel. Et tout cela, peut être difficile à faire si nous n’avons pas de direction, une vision de là où nous voulons aller.

Comme je l’ai introduit dans le deuxième épisode où on a parlé de l’importance de se donner une vision, aujourd’hui, on va pousser la réflexion plus loin en se donnant les moyens de concrétiser cette vision-là. Ce que je veux te partager ici va au-delà des concepts et des outils… Je veux t’amener à prendre conscience du sens derrière chaque étape.

Alors, au tout début, les questions qu’on peut peut-être se poser vont être: Quelle est ma vision ? Comment choisir les objectifs ? Comment savoir ce qu’on veut faire vraiment ? Quelle est la différence entre une vision et un objectif ? …

En fait, avoir une vision va t’amener à identifier un ou plusieurs objectifs qui eux-mêmes engendrent des actions bien précises.

Et depuis le confinement, plusieurs outils sont apparus sur le marché, des outils de mapping, c’est à dire des logiciels en ligne te permettant de dessiner et de schématiser les idées… Le plus connu est mindmaster… et je veux te rassurer si tu ne veux pas schématiser ou utiliser ton ordi, tu peux tout simplement prendre un papier et un crayon… Ça fait l’affaire !

Ce que j’aime personnellement dans ces logiciels c’est qu’ils te permettent de structurer tes idées et l’outil que j’aime bien et que je trouve pertinent et que peut-être que tu connais est celui de l’arbre:  alors, imagine un arbre, notre vision serait l’image projetée de l’arbre;

Le pourquoi de ce qu’on veut faire représente les racines, donc la fondation;

Le tronc c’est l’objectif maître qui peut être tout simplement la formulation de la vision en objectif SMART;

Les branches sont les objectifs intermédiaires dont la somme constitue notre objectif maître;

Et les feuilles sont toutes les actions concrètes qu’on va faire.

Donc afin de répondre à la question de comment concrétiser sa vision, on va utiliser le concept de l’arbre combiné à 4 étapes simples et cohérentes que tu connais peut-être mais ce que je veux que tu retiennes c’est le sens derrière chaque concept:

Ces 4 étapes vont de pairs: 1 et 2 vont ensemble et 3 et 4 aussi

  1. La première étape est une étape préalable: et c’est le fameux « Pourquoi »

Tu peux te demander peut-être pourquoi est-ce important d’avoir des objectifs dans la vie ? Et comment savoir ce qui est important pour moi ?

En fait, lorsque tu penses à une vision que tu veux atteindre ou que tu penses à un rêve que tu veux réaliser, tout d’abord, lorsque tu y pense pour la première fois, cela peut sembler quelque chose qui est irréaliste, quelque chose qui dépasse de loin tes capacités actuelles.

Et avant d’aller plus loin, avant de chercher à savoir comment rendre ce rêve possible, je t’invite à te demander Pourquoi c’est important selon toi. D’ailleurs, ceci te fait penser peut-être à la citation de Simon Sinek qui dit : « Start with why », c’est à dire :  Commence par te demander pourquoi ?

Lorsque l’on se fixe un objectif, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel, il faut se demander:  Qu’est-ce que je cherche ? Quel est mon but ? Quelle est ma vision ? Qu’est-ce que j’ai envie de produire et Pourquoi ?

On ne prend pas toujours le temps de se poser ces questions et via ce podcast j’invite à te les poser:  Quelles sont les choses qui sont importantes pour toi ? vers où tu veux aller ? et Pourquoi tu as envie de faire ça ?

 
  1. La deuxième étape est complémentaire au pourquoi et c’est la formulation de la vision et je t’invite à revenir à l’épisode 2 et notamment à faire l’exercice sur la visualisation (les fameuses questions de la journée type)

Je t’invite aussi à prendre le temps de t’autoriser à rêver et à te projeter dans le meilleur des mondes, un monde sans contraintes. Quel serait mon idéal ?  Qu’est-ce que j’ai envie de faire ? Qu’est-ce qui est réellement important pour moi ? Sans te demander pour l’instant si cela est possible ou non, on met vraiment nos lunettes roses. On questionne notre instinct, ultimement on ne laisse pas notre cerveau cartésien entrer en scène car il voudrait savoir comment on va faire. Je t’invite vraiment à faire cet exercice dès que tu as un moment, d’écrire qu’est-ce que tu as envie de faire et pourquoi tu veux le faire ? Très souvent, nous sommes bloqués par ce qu’il nous semble impossible, nous sommes biaisés par des pensées bloquantes qui nous empêchent de voir grand.

  • Est-ce que je veux apprendre une nouvelle langue ? Si oui pourquoi ? : Peut-être que je veux voyager davantage
  • Je veux prendre des cours de cuisine ? Pourquoi ? : Peut-être que je veux prendre soin de ma santé ou que je suis un vrai gourmet
  • Je veux prendre des cours de photos ? Pourquoi ? : Peut-être que je veux devenir influenceur Instagram

En faisant cet exercice et en demandant ce que je veux et pourquoi je le veux, on va se rendre compte qu’il y a des choses qui sont importantes pour nous et que l’on n’avait pas imaginé … auxquelles on n’avait peut-être jamais prêté attention.

Je t’invite à prendre le temps d’y penser, de le remarquer et de le noter.

 
  • Mauvaise visualisation
 

Dans certains cas, on peut aussi faire une mauvaise visualisation de la vision…. Oui je sais, ça sonne comme un jugement mais attention ici, je parle d’une autre chose ! Je pense que dans certains cas, quand on fait une mauvaise vision c’est quand on la pense par égo, donc pour des mauvaises raisons, principalement pour flatter son ego, ou à l’inverse c’est pour le regard des autres, l’appréciation des autres, l’acceptation des autres et la reconnaissance du groupe… ou tout autre besoin qui n’est pas un besoin d’épanouissement personnel.

Pourquoi ce ne sont pas des bonnes raisons ?

Car tout simplement, on n’a pas été honnête vis-à-vis de soi. Si on poursuit une vision dans le but d’être soi, d’être la personne que l’on a envie d’être, on n’aura plus besoin de combler ses besoins sociaux.

En fait, l’amour des autres, la reconnaissance sociale, l’acceptation des autres ne seront plus un problème car dès lors que l’on saura que ce que l’on fait, on le fait parce qu’on a une vraie raison, une vraie vision, on a réfléchi aux valeurs qu’il y a derrière ce choix, on a réfléchi à la personne que l’on a envie d’être, et à pourquoi on veut le faire.

Et si on rencontre quelqu’un qui n’est pas d’accord avec nous et n’est pas en phase avec nos choix et ça arrivera forcément qu’il y ait des personnes qui ne seront pas d’accord avec nous. Cela ne nous touchera pas, nous n’aurons plus besoin de satisfaire leurs regards, parce qu’à ce moment-là, on sera tellement sûrs que nos choix sont de bons choix pour nous et que ça nous nourrit que nous percevrons les critiques de façon beaucoup plus constructives.

Quelqu’un qui est en désaccord avec toi, c’est juste que cette personne a une vision différente de la tienne.

Bref, la vision est donc une visualisation de ce qu’on souhaite vraiment dans notre for intérieur.

Et si tu le souhaites, tu peux commencer avec la formulation de la vision donc l’étape 2 avant de d’identifier le pourquoi donc l’étape 1. Tu commences par ce qui te parle !

 

Maintenant,

Est-ce que tu te rappelles de Sarah? Je l’ai introduite lors du dernier épisode, et Sarah a comme vision de faire le tour du monde d’ici 5 ans

Comment va-t-elle faire cela ?

 
  1. La troisième étape : est l’identification des objectifs SMART et les transformer en actions donc on met en lumière le tronc, les branches et les feuilles de notre arbre.

Jusqu’ici, on a le pourquoi : c’est les racines.  On a aussi la vision qui est l’image projetée de ce qu’on désire vraiment.

On veut concrétiser le tout en un objectif ou en plusieurs. Et comment concrétiser sa vision? C’est tout simplement en décomposant notre vision en objectifs SMART.

Le mot SMART est un moyen permettant de décrire les objectifs que l’on veut exprimer de façon la plus claire, la plus simple à comprendre et pour lesquels les résultats sont réalisables. En fait, notre objectif devient un indicateur nous permettant de nous donner des informations pour chacune des étapes qu’on souhaite réaliser et de prendre la bonne décision / la bonne action.

Rapidement, que veut dire l’acronyme SMART ? Ça peut correspondre à des termes différents selon ce qu’on souhaite définir comme objectif. Et je ne veux pas faire un débat d’experts ici sur la traduction de chaque lettre. À mon avis, l’outil idéal serait l’outil qui nous aide à concrétiser notre objectif et non l’inverse.

Le « S » serait pour « Spécifique » ou « Simple »; Le « M » pour « Mesurable »; Le « A » pour « Acceptable » ou « Ambitieux »; Le « R » pour « Réaliste » et le « T » pour « Temporellement défini ».

  • S – Spécifique ou Simple : un objectif spécifique doit être en lien direct avec l’action spécifique donc doit être précis. L’objectif est simple à comprendre et clair pour qu’on soit efficace car la complexité ralentit l’action.
  • M – Mesurable : un objectif mesurable doit être quantifié, donc on a une valeur à mesurer avec une cible définie.
  • Le A et c’est ici qu’il y’a tout un débat: Acceptable vs Atteignable vs Ambitieux : un objectif acceptable est un objectif suffisamment grand et ambitieux pour qu’il représente un défi et qu’il soit motivant. Aussi, cet objectif peut-être aussi atteignable et raisonnable. Perso, je préfère l’option d’un objectif ambitieux et je reviendrais plus tard sur le pourquoi.
  • R – Réaliste: est un objectif réaliste est donc un objectif pour lequel le seuil du réalisme est défini.  C’est-à-dire un niveau pour lequel cela nous motivera et nous évitera qu’on abandonne au fur et à mesure qu’on réalise les actions.
  • T – Temporellement défini: un objectif temporellement défini est délimité dans le temps : on a une date butoir avec, éventuellement, des dates jalons ou dates intermédiaires.
 

Maintenant, le fait de rêver et de penser va faire resurgir tout ce qui nous empêche de réaliser nos objectifs et ça, c’est la preuve que notre cerveau fonctionne bien et qu’il veut nous protéger. Permets-moi de t’expliquer ma propre compréhension de notre cerveau:

En fait, on n’a pas un cerveau mais deux:

Notre cerveau primaire responsable des émotions et notre cerveau cartésien qui est dans la réflexion et la planification.

Notre cerveau primaire aime maintenir le statu quo. C’est ce pour quoi il a été conçu. Il a été conçu pour être efficace, pour apprendre rapidement et pour s’adapter. En fait, notre cerveau ne souhaite pas qu’on s’épanouisse ou qu’on soit heureux.

Pour contrer ça, selon moi, se donner des objectifs précis donnent vraiment une direction à votre cerveau cartésien pour que lui-même trouve des solutions… On redonne le contrôle au cerveau cartésien de reprendre les rennes. Les actions ou les objectifs créent une sorte concentration délibérée. Et plus l’objectif sera précis, plus notre cerveau cartésien nous donne les moyens et nous facilite le travail pour sa réalisation.

Dès que nous commençons à introduire de nouvelles choses et à souhaiter vouloir sortir de notre zone de confort, tout d’un coup, des émotions vont surgir parce que nous allons avoir des pensées que nous n’avons pas normalement.

Au fur et à mesure qu’on traite toutes ces pensées, c’est là que nous rentrons dans la phase d’apprentissage. En fait, on devrait remplacer la phrase « sortir de la zone de confort » et plutôt utiliser la « zone d’apprentissage », à mon avis ce serait plus rassurant. Donc, l’état nous amène à nous questionner sur comment apprendre à gérer cette émotion désagréable. Nous apprenons également à faire attention à nos propres pensées lorsqu’on se fixe des objectifs et c’est la clé qui nous permettra de continuer à concrétiser vraiment nos objectifs.

Le doute est une émotion, tu es d’accord! Nous devons la reconnaître et y prêter attention, pour pouvoir la dépasser. Ce que je te propose pour le moment, c’est d’être en mode observation par rapport à l’ensemble des émotions que tu peux ressentir qu’elles soient agréables ou non.

Il y’a quelques semaines, je ne savais vraiment pas comment enregistrer un podcast, ou comment créer un site Web. Est-ce que j’ai douté ? Oui! Car j’avais des pensées de doute, et je les ai écoutées puis dépassées.

 

Maintenant, comment se connecter avec ces pensées bloquantes ? En fait, le meilleur moyen c’est par l’écriture! Rien de magique là-dessus. Écrire est un processus très puissant, et je t’encourage vraiment à le tester.

Comment écrire ?

Je m’assois, et je visualise ce que je souhaite faire, quel serait mon rêve; Et selon le cas, je me projette que j’ai atteint mon objectif. Je repense aux pensées que je pourrais avoir et je les écris. Je réponds aux questions suivantes:

Qu’est-ce que je ressens après avoir atteint cet objectif ? Qu’est-ce que j’ai fait pour l’atteindre ? Comment j’ai fait ?

Ensuite, à partir des solutions proposées, tu rédiges le libellé de ton premier objectif et tu lui donnes tous les critères afin de le rendre SMART.

Après, on fait une décomposition: si on a un objectif d’un an, vous devons le décomposer par mois. Si on a un objectif sur 2 mois, on le décompose par semaine, puis par jour et l’objectif se décompose ainsi en un plan d’action.

Plus nous donnons de détails sur notre plan d’action pour notre objectif, mieux c’est ! Au fur et à mesure que nous progressons dans la réalisation de notre objectif et qu’on est en mode action, nous surmontons nos doutes et nos peurs.

Être en mode action nous permet de vivre des expériences que nous n’aurons pas vécues par l’inaction.

Et c’est ce que je veux t’inviter à faire !

Si on prend l’exemple de Sarah qui se projette donc dans la préparation de ce voyage, et tu es chanceux, Sarah a déjà fait le travail et a identifié deux objectifs SMART et des actions précises en lien avec ça.

Sarah a deux objectifs intermédiaires pour le moment:

  • Objectif intermédiaire 1: économiser 10 000$ en 4 ans:

Pourquoi:

Pendant son voyage, elle se voit à la rencontre de nouvelles personnes, visiter de nouveaux pays, elle se voit passer 2 mois par continent, elle se voit avec son Pack Sac visiter des écoles. Pour la deuxième partie de son voyage, Sarah souhaite travailler à mi-temps et prendre un cours, etc. En fait, le mot d’ordre c’est d’être vraiment précis. Je parle de délais, de dates, de montants.

Cible: Année 1: 2000 $ / Année 2: 3500 $ / Année 3: 3500 $ / Année 4: 1000 $

Actions (3):

Diminuer de 20 % ses dépenses: par exemple en fabriquant des cadeaux pour les anniversaires, moins de resto, …

Augmenter ses revenus de 10% les 2e et 3e années en offrant des cours particuliers

Ouvrir un CELI ou compte épargne la première année, etc.

 
  • Objectif intermédiaire 2: perdre 10 kg en 1 an

Pourquoi:

Sarah souhaite perdre du poids pour être en santé. Cet objectif est intéressant car Sarah va se questionner sur comment le faire pas à pas, faire les choses au fur et à mesure. Puisqu’elle s’est fixée comme objectif de perdre 10 kg d’ici 1 an.  En fait le résultat d’atteindre ou non cet objectif, ne dépend pas entièrement d’elle car elle ne peut pas contrôler son corps, ni ses hormones, ni comment son corps va réagir, peut-être qu’elle va perdre 8 ou 15 kg. Cependant, ce que peut faire c’est de cibler des objectifs intermédiaires donc du processus pour y arriver. Le pourquoi de Sarah pour cet objectif est qu’elle souhaite être en forme afin d’escalader la montagne Kilimandjaro lors de son voyage d’où la nécessite d’avoir un poids de forme !

Cible: Année 1: perdre 10 kg

Actions (2):

80 % des repas sont cuisinés et santé

30 mn de marche par jour

Au fur et à mesure des mois et des années, Sarah peut identifier d’autres objectifs sur comment gagner en compétence technique pour apprendre l’escalade, apprendre des nouvelles langues, etc.

 
  1. La quatrième étape est très importante et beaucoup la néglige car on souhaite être directement dans l’action, cette étape consiste à identifier tout ce qui peut mal tourner:

Comment ? C’est de noter les raisons et toutes les pensées que tu as sur le fait que cet objectif est une mauvaise idée. Et quelles seraient les obstacles selon toi ?

Et là, tu vas te demander quel est l’intérêt ?!

Ben, en fait, on veut court-circuiter notre cerveau primaire et donner des outils et des armes à notre cerveau cartésien. Donc, on liste les obstacles nous empêchant de réaliser nos objectifs.

À ton avis, que va-t-il se passer lorsqu’on ne fait pas ce genre d’exercice ?

Ton cerveau va proposer des pensées qui te disent que tu n’as le droit de désirer ces choses-là et à quel point il serait impossible pour toi de les atteindre.

Et si au contraire, tu faisais l’exercice, dès que tu vas l’écrire, tu vas te dire:  pourquoi tout cela est impossible et pourquoi c’est une mauvaise idée !

Par la suite, je t’invite à faire une sorte d’analyse pour chaque obstacle identifié, sur pourquoi c’est impossible à faire. Pose-toi la question : est-ce que c’est vrai que c’est impossible ? Est-ce que c’est une raison valable ? Est-ce que jamais personne n’a réussi à faire cela pour cette raison-là ? Est-ce que je peux trouver des contres exemples. Par exemple: Puis-je acquérir cette compétence ?

Je veux que tu fasses cette analyse sans jugement, ni aucun auto-sabotage. Et de voir si ces choses-là, sont de réelles raisons d’impossibilité ou si ce sont juste des croyances qui nous limitent et qui ne sont pas fondées.

 
  • Bénéfices / obstacles:

En faisant cela pour chacun des éléments, nous allons avoir deux bénéfices.

Le premier bénéfice est que nous allons scinder notre problématique en plusieurs choses à faire : le fait d’avoir ce rêve qui nous paraissait trop gros, le fait d’avoir noté toutes les raisons pour lesquelles c’est impossible va nous permettre d’avoir une liste de petites choses à faire, de petits obstacles à franchir et de scinder toutes les tâches qu’il va falloir faire pour atteindre cet objectif.

Le deuxième avantage de faire cela c’est que cela constituera une sorte de liste de tout ce qui pourrait mal se passer et tu auras une meilleure chance de pouvoir les anticiper si tu les voyais arriver. Tu ne seras pas surpris.

Prendre le temps de brainstormer sur tout ce qu’il pourrait mal se passer, cela va te permettre d’avoir une vision, de te projeter et de te dire :  ok, il pourrait y avoir tout un tas de problématiques mais tu vas pouvoir anticiper et réfléchir là-dessus….

C’est ce qu’on appelle la gestion de risque.

 
  • Connexion avec soi:

Maintenant, la question qu’on pourra se poser maintenant qu’on a nos obstacles écrits, c’est de se demander comment on les dépasse ?

Je t’invite à:
  • Identifier les idées afin de contourner chaque obstacle, des solutions à mettre en place pour chaque difficulté identifiée…
  • Et de te poser la question est-ce qu’à la fin je serais alignée à mes valeurs ? Est-ce que l’identité projetée est vraiment moi ? Est-ce que cette personne que je vais devoir devenir pour réaliser ces objectifs me rapproche de moi ou m’en éloigne ? Cela va-t-il me rapprocher de la personne que j’ai envie d’être dans ce monde ?
 

Pour Sarah, voici ses obstacles et les solutions qu’elle a trouvées, des solutions alignées à ses valeurs:

#1:
  • Obstacle #1: Je n’ai pas assez économisé pour avoir un fond d’urgence donc je pourrais être pris à engloutir les économisés réalisées
  • Solution #1: prévoir un pourcentage de 30 % de plus à inclure dans le montant à prévoir- donc au lieu d’économiser 10 000$, le nouvel objectif devient 13 000$
#2
  • Obstacle #2: passer un peu moins de temps avec sa famille ou ses amis et déléguer une partie de son rôle pour la préparation de son voyage
  • Solution #2: privilège du temps de qualité avec sa famille et planifier des activités accessibles et qui rassemble: organiser un souper 1 fois par mois chez elle sur un thème de la découverte d’un pays
 

Faire l’exercice des obstacles et solutions nous permet d’ajuster et de bonifier nos objectifs SMART.

Voilà donc les 4 étapes !

 

Une dernière chose que j’avais envie de te dire avant de finir cet épisode, c’est de faire preuve de patience. Se rendre compte que toutes les décisions, de tout choix ou objectifs que tu auras envie de faire, prendra du temps, car tu vas forcément faire des erreurs, il y aura des choses qui ne fonctionneront pas comme tu l’auras imaginé. Être patient est une qualité qu’on oublie de développer car nous n’avons pas été encouragés à le faire.

Les changements, quels qu’ils soient, prennent du temps. Il y aura plein de moments où tu auras envie de revenir en arrière, quelles que soient les raisons. Il t’arrivera de faire trois pas en arrière, 2 pas en avant, et c’est normal. Ce que j’ai envie de te dire c’est de prendre le temps, d’être patient et que cela fait partie du processus.

Se fixer un objectif est intéressant autant pour l’objectif que le chemin pour y arriver. La finalité est certes intéressante mais c’est aussi tout le processus, et le fait d’apprendre sur le chemin et de devenir davantage soi, d’apprendre de ses erreurs et de grandir qui est intéressant.

Je veux t’inviter à rêver. Je veux que tu concrétises ce rêve à être vraiment précis et à l’écrire. Je veux aussi t’inviter à laisser la peur et le doute surgir, à les noter et noter aussi les pensées et les obstacles qui se retrouvent sur ton chemin pour atteindre ta vision, et à prendre toutes ces pensées et à les mettre de côté pendant que tu vas à l’endroit où cette vision est déjà réalisée, et que tu accèdes à la sagesse de ton futur toi et qui sait comment tu as pu l’atteindre, puis décompose-le en objectifs SMART puis en plan d’action.

Dans cette projection où tu atteins ta vision et tes objectifs, tu deviendras une version plus claire, plus consciente et évoluée de toi-même, car tu l’as fait consciemment en entrant dans ta zone d’apprentissage et je te dis bravo pour ce que tu t’apprêtes à entreprendre.

 

Je vais m’arrêter là et te donner rendez-vous dans deux semaines. Aussi, je te rappelle de t’abonner pour ne pas manquer les prochains épisodes, tu peux le faire sur l’application de ton choix et je te retrouve dans la section commentaires ou sur les réseaux sociaux.

Je te laisse cultiver les graines. Je t’embrasse, passes une excellente fin de semaine et je te dis à bientôt !

3 commentaires

  1. Bonjour Lamia,

    tel que promis , je t’écris dans le but de donne mes commentaires sur ton 3ieme podcast. J’ai bien hate d’entendre ton 4ieme. J’ai 60 ans et mes graines ont été semé et ont deja poussé. Apres avoir écouté ton 3ieme podcast, j’ai l’impression que je n’ai pas semé les bonnes graines . Mieux vaut tard que jamais La terre est fertile et les nouvelles graines vont repoussé rapidement. tous ca pour te féliciter pour tes podcast. Ils sont bien fait .Je les écoutes a répétitions. ca me permet de me réajuster. Encore une fois, félicitations , j’ai hate à la semaine prochaine.

    Gaétan Lapointe, ing.

    1. Bonjour Gaétan,

      Je te remercie pour tes mots et tes encouragements! C’est très apprécié. N’hésites pas à m’écrire si souhaites discuter des sujets plus amplement: info@cultivetonpotentiel.com
      L’épisode de vendredi va révéler le secret d’une bonne planification … Hâte que tu me donnes ton avis 🙂

      Lamia

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *