Épisode #2 – L’importance de se donner une vision, une mission et des valeurs

Publié le: 26 février 2021

  1. Épisode #2: L’importance de se donner une vision, une mission et des valeurs Cultive Ton Potentiel 24:16

 

Retranscription de l’épisode:

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans “Cultive Ton Potentiel” le podcast qui vulgarise les concepts de croissance individuelle et collective selon une approche apprenante.

Je m’appelle Lamia Rarrbo et aujourd’hui dans ce 2e épisode, on va parler de l’importance de se donner une vision, une mission et des valeurs.

Ce que je vais te présenter dans cet épisode, c’est 3 piliers qui nous permettent d’avoir une ligne conductrice afin de réaliser nos aspirations: c’est-à-dire se doter d’une vision, d’une mission et prendre conscience de nos valeurs. Chaque pilier sera accompagné d’exemples avec des personnages fictifs que j’ai inventés et j’ai bien hâte de te les présenter !

Avant de commencer, j’aimerai t’introduire un peu ma façon de voir les choses: On vit dans un monde où très souvent on manque de perspective, de perspective et de vision de ce qu’on veut vraiment faire et on est bloqués, bloqués par ce qui nous parait possible et impossible. Parce qu’on nous a inculqué ce qu’on pouvait faire et par ce qu’on ne pouvait pas et ça en fonction de nos compétences, de notre âge, et de tout un tas d’autres paramètres externes.

En fait, toi, moi, nous tous, on est tous des chefs d’entreprise. On est tous les dirigeants d’une petite entreprise, une entreprise qui n’emploie qu’une seule personne. Donc, on propose une prestation de service où le client principal, donc la personne qui a des besoins, eh bien c’est nous-mêmes…

L’idée est de se considérer comme une entreprise, c’est-à-dire, qu’on pense au « Moi Inc. »

Aussi, on peut avoir d’autres clients potentiels qui peuvent être des personnes à charge : je pense notamment aux enfants ou aux personnes âgées si on en a la responsabilité.

Et je veux te proposer dès maintenant de penser différemment: mis à part les personnes à charge si on en a, le reste du monde, c’est à dire les autres: que ce soit, époux, chum, blonde, ami, collègues, …en fait, on n’a pas à répondre à leurs besoins…en fait, on n’est pas obligés de faire quoi que ce soit, on n’est pas obligés de produire un rapport, on n’est pas obligés de faire un meeting, on n’est pas obligés d’apprécier ou d’aimer son boss…. En fait, si on travaille, ben on travaille pour avoir une paie et donc recevoir un salaire qui nous permet de répondre à notre besoin de sécurité financière et qui, à son tour, permet de répondre à un besoin physiologique.

Maintenant, je te propose de choisir volontairement de faire les choses et en conscience, c’est à dire qu’on choisit de produire un rapport de qualité, on choisit d’assister à un meeting ou on choisit d’être cordiale et agréable avec son boss et d’avoir une relation harmonieuse avec son entourage. Je te propose donc d’avoir ce genre d’état d’esprit, de mindset, qu’en fait on est maître à bord et qu’on agit non par obligation mais qu’on choisit consciemment de faire les choses.

De là, notre perspective change et ça nous donne plus de pouvoir, plus de pouvoir afin de déterminer notre vision, notre mission et prendre conscience de nos valeurs.

La vision

On commence avec le premier pilier et c’est la vision: Qu’est-ce qu’une vision? En fait, la vision est une image projetée du futur. Une sorte de visualisation des aspirantes personnelles ou professionnelles, qui est sans limites ni contraintes.

Elle définit vers où on veut aller, quels objectifs on veut atteindre. C’est donc un état souhaitable qui représente notre image idéale du futur sur 5 ans ou 10 ans.

À mon avis, la force d’un énoncé de vision vient aussi dans la capacité d’imaginer un avenir meilleur, en fait, on met vraiment nos lunettes roses !

C’est sûr qu’une vision n’est pas fixe dans le temps. Au fur et à mesure qu’une entreprise grandit ou qu’on subit un évènement majeur, on peut l’ajuster. Du coup, on peut réaligner la vision pour refléter le changement.

On écrit généralement la vision en une seule phrase et ça doit donc être formulé de manière simple et compréhensible, mais aussi capable de susciter des émotions. Des émotions créatrices comme l’envie, le dépassement de soi et l’engagement.

Si on nous pose la question : « Dans quelle direction tu vas ? Où est-ce que tu te vois dans 10 ans ? Qu’est-ce que tu veux faire de ta vie ? Qu’est-ce qui est réellement important pour toi ? », la plupart d’entre nous ne sommes pas en mesure de répondre à ces questions-là car dans beaucoup de cas, on n’ose pas trop rêver ou oser une vision utopiste car on a peur d’être déçus.

La déception est une émotion comme les autres. C’est vrai que c’est une émotion désagréable mais c’est une juste émotion.

Même dans le cas où on ne réussit pas à atteindre notre vision, le pire qui arrivera concrètement, c’est de ressentir la déception, peut-être de la honte, de la peur par rapport au regard des autres, mais ça n’en demeure pas moins que ce sont juste des émotions. Les émotions sont inoffensives à partir du moment qu’on a compris d’où elles venaient, à partir du moment où on a compris comment travailler avec elles et comment les utiliser dans notre vie. Les émotions sont là pour nous, elles ne sont pas là contre nous.

Et si on ne s’autorise pas à aller chercher ce qu’on a vraiment envie de faire, ce qui va nous arriver c’est qu’on va juste faire ce que font les autres personnes, sans vraiment se remettre en question : on va se laisser porter et aller au plus simple parce que notre cerveau fonctionne de cette manière, il va fuir l’inconfort et rechercher le confort, il va fuir la difficulté et rechercher la facilité. La facilité ne permet pas de sortir de sa zone de confort donc ce n’est jamais grandir, ce n’est jamais aller vers la personne qu’on est réellement.

Moi j’ai envie de te poser une question aujourd’hui: Où veux-tu être dans 5 ou 10 ans ? Et dans quel état d’esprit souhaites-tu être? Quelle émotion créatrice souhaites-tu ressentir ?

Si tu ne le sais pas, demande-toi, à quoi ressemblerai une journée type: donc, on prépare la DeLorean et on voyage dans le temps, là maintenant dans 10 ans, en 2031:

  • Ou tu es physiquement ? Dans quel pays ? Quelle ville ? Est-ce que tu vis dans une maison/ un loft/ un condo/ peut-être un chalet ?
  • Est-ce que tu vis seul(e) ou tu as une petite famille ? Une grande famille ? Est-ce que tu as des enfants ? Est-ce que tu as de la famille ou des amis autour de toi ?
  • À quelle heure tu te lèves le matin ? Te réveilles-tu avec ou sans réveil ? Et à côté de qui ?
  • Comment tu commences ta journée ? Est-ce que tu as une routine matinale ? Est-ce que tu fais du sport ? Si tu fais du sport, est-ce que tu t’entraines le matin ou le soir ? Est-ce que tu médites ?
  • Après, Qu’est-ce que tu fais de tes journées ? Tu te lèves pour faire quoi ?  Est-ce que tu crées des choses ?  Qu’est-ce que tu fais de tes journées et pourquoi tu le fais ?
  • Où est-ce que tu vas ? Est-ce que tu restes à la maison ? Ou est-ce que tu travailles dehors ?  Est-ce que tu es derrière un bureau ?
  • Est-ce que tu travailles en équipe ? Ou tu travailles seul ?
  • Qu’est-ce qui est important pour toi ? Qu’est-ce que cela te fait sentir ? Quelles sont les émotions principales que tu ressens le matin quand tu te lèves ? Le midi quand tu discutes avec tes collègues si t’en as ? L’après-midi, le soir lorsque tu es avec ta famille et avec les gens avec qui partage ta vie, qu’est-ce que tu ressens ?
  • Comment tu réagis à ce moment-là face au stress ? Face au doute ? Face aux échecs ?
  • Comment tu te procure du plaisir ?  Qu’est-ce qui fait ton bonheur ? Est-ce que tu es dans la gratitude ? Qu’est-ce que tu ressens et pourquoi tu fais ces choix dans ta journée, et pourquoi ils sont importants pour toi ?

Toutes ces questions vont permettent d’avoir un maximum de détail. Ces détails vont permettre de voir clair dans ton esprit et de ressentir les émotions liées à cette visualisation.

Et je sais que toutes ces questions peuvent sembler naïves mais se demander où je veux être dans l’avenir, qu’est-ce que je suis en train de faire, et pourquoi c’est important pour moi, ces questions vont t’aider à gagner en clarté, une clarté qui permettra de savoir quoi faire aujourd’hui pour y arriver. Et, pour moi, c’est ça avoir une vision !

Maintenant, je vais te présenter Sarah, une jeune femme, début trentaine, elle est rousse, des yeux marrons et possède une certaine aura. Sarah travaille comme enseignante dans une école. Elle a  aussi de l’énergie, est passionnée par son travail, a des étoiles pleins les yeux, elle est chaleureuse…bref, elle rayonne.

En plus d’être enseignante, Sarah travaille en étroite collaboration avec les assistants pédagogiques à élaborer des méthodes et pratiques d’enseignement. Sarah souhaite une vie plus enrichissante. Une vie qui mettra à profit ses passions et ses intérêts. Une vie qui lui permettra d’être plus authentique dans tout ce qu’elle fait. Alors, à quoi cela ressemblerait sa vision à ton avis ?

Ça pourrait être:

« Je vais prendre une année sabbatique pour prendre du temps pour moi, me déconnecter, être libre et faire le tour du monde d’ici 5 ans. »

Ce que recherche Sarah, c’est de nouvelles sources d’apprentissage et de croissance. Elle veut montrer de l’amour plutôt que d’attendre de l’amour. Elle choisit de faire une différence dans ce monde en prenant une année sabbatique et faire du bénévolat durant son voyage et à son retour elle souhaite pousser le rêve plus loin en créant une école où une atmosphère d’apprentissage agréable est présente. Cette idée d’école serait une vision plus long terme.

Pour le moment, ce que souhaite Sarah c’est voyager, partir à la découverte d’autres civilisations et visiter d’autres écoles dans le monde et ramener avec elle des souvenirs, les souvenirs d’une vie qui lui permettront de bâtir sa mission de vie.

Pour le moment, Sarah ne pense pas au comment, elle ne pense pas combien elle a besoin d’argent pour faire ce voyage. Elle s’autorise juste à rêver et à se projeter en se demandant ce qu’elle souhaite vraiment.

La mission

Maintenant.

Le deuxième pilier est la mission. En une phrase, la mission représente la raison d’être. Donc la mission sert à définir, de la façon la plus claire possible, la raison d’être ou ce pourquoi on existe. Elle est donc la réponse à la question « À quel besoin fondamental répondons-nous ? » En fait, la mission précise ce qu’on fait – que ce soit comme individu ou comme organisation.

Pour une entreprise, une mission remplit plusieurs objectifs et devrait s’adresser d’ailleurs à plusieurs entités au sein de l’organisation, ça devrait parler aux différents services RH/TI ou au service client, etc. La mission d’entreprise est tout aussi importante pour les décideurs que pour les employés car cela leur permet d’avoir un objectif commun et de travailler dans la même direction. Ça permet aussi de faciliter la prise de décisions et de savoir ce qu’on fait et comment on le fait.

Une mission peut changer, peut évoluer dans certains cas, par exemple: un changement de propriétaire pour une entreprise. Je ne sais pas si tu le sais, mais Toyota a tout d’abord été une usine de textile dans les années 30.

Pour l’individu, des changements majeurs ou des accidents de vie peuvent amener la personne à penser et à réfléchir à sa mission de vie.

Donc, la mission constitue la base de la vision et cela résume la raison d’être.

Et si on veut pousser la réflexion plus loin, une mission de vie représente le fait de se donner un sens et chercher un sens aux actions que l’on mène. C’est-à-dire, tout ce qu’on peut faire comme action est nourrit par cette mission de vie.

Je suis persuadée que nous avons tous une mission, nous avons tous un quelque chose à apporter dans ce monde. Pour beaucoup cela va être d’enseigner aux enfants des valeurs qu’ils pourront transmettre, pour d’autres cela va se faire à travers un métier ou un talent.

Pour moi, se donner une mission qui a du sens, c’est de lever nos œillères, d’écouter nos émotions, et d’aller chercher nos rêves, d’oser et de ne pas nous imposer de limites.

Mais attention, la “mission de vie” ne peut se résumer seulement à un métier ou un emploi, même si, souvent, c’est dans le travail que l’on peut vivre sa mission. En fait, la mission est la mélodie de notre vie, le travail en est juste l’instrument.

Dans son livre « À chacun sa mission » (éd. Bayard), Jean Monbourquette utilise une comparaison musicale : “la mission s’identifierait à la mélodie d’un morceau, tandis que le travail, la fonction ou la carrière, seraient assimilés aux instruments”. Or, pour jouer une mélodie, on peut passer de la trompette au clavier, de la flûte à la harpe.

Aussi, Notre mission personnelle ne vient pas juste de nos talents. Ce n’est pas parce que je joue bien de la guitare que ma mission est automatiquement de devenir guitariste. Cette confusion entre les talents et la mission explique d’ailleurs bien des erreurs d’orientation à mon avis. En réalité, les talents sont à mettre au service de notre mission, et non l’inverse.

Si ma mission de vie est d’être enseignante et de permettre à des enfants d’apprendre la musique, il pourra être utile de connaître (et je dirais même nécessaire de connaitre) les bases en musique et de jouer de quelques instruments. Mais si l’apprentissage de ces instruments m’empêche de vivre ma mission, c’est-à-dire enseigner, je me détourne donc de ma vocation profonde.

Et pourquoi il est si important de découvrir notre mission de vie…notre ikigaï … petite parenthèse car je souhaite te présenter ce principe rapidement:

Le ikigaï est le mot japonais pour notre raison d’être, notre mission de vie et c’est toute une philosophie qui vient avec ce principe. Donc l’ikigaï serait la jonction et l’équilibre entre quatre composantes :

  • Ce que j’aime faire
  • Ce dans quoi je suis douée
  • Ce dont le monde a besoin
  • Ce pour quoi je peux être payée

Ce que j’en comprends, c’est que les deux premiers sont internes : ce que j’aime faire et ce dans quoi je suis douée et les deux autres sont externes: ce dont le monde a besoin et ce pour quoi je peux être payée. Et la jonction et l’équilibre entre ces quatre composantes serait notre mission de vie.

Je trouve le principe intéressant et je t’invite à découvrir ce concept dans mes références. Peut-être qu’un jour, je ferais tout un épisode là-dessus.

Mais là, j’imagine que tu veux du concret…

Comment connaitre sa mission ?

Bien souvent, il suffit de se mettre à l’écoute de nos pensées / nos aspirations profondes et de nos émotions. Si tu ressens de l’ennui, une impression de vide, tu as des regrets… ou bien certains rêves t’assailles sans cesse…. Tout cela peut te révéler quelque chose de ta mission.

Une des méthodes que je te propose pour la découvrir consiste à examiner tes passions. Tu es passionné(e) ou très intéressé(e) par les avions, la mode, le codage informatique ou autre chose ? Cela peut dire quelque chose de ta mission, mais celle-ci va plus profond en toi que la simple passion. Par exemple, la passion de la mode peut témoigner d’une forte attirance pour la beauté et la créativité.

Pour trouver cela, je te propose de pousser la réflexion plus loin en faisant cet exercice de 3 étapes:

  1. Identifie 3 à 4 expériences / souvenirs passés ou présents dans lesquelles tu t’es senti pleinement épanoui, enthousiaste ou heureux : Décris-les comme si tu étais en train de les vivre au présent; Entoure les mots importants, en particulier les verbes d’action;
  2. Regroupe ces mots ou ces phrases en 4 catégories et complète avec d’autres mots ou verbes s’il en manque: Circonstances / Pensées / Émotions / Actions. Par exemple:
  1. Circonstance / évènement / contexte factuel: assister à un concert de musique
  2. Pensée /ton discours interne / paroles de ta conscience: wow, j’adorerais apprendre la musique
  3. Émotions: curiosité / enthousiasme / emballé / adoré
  4. Actions passées ou actions souhaitées: s’inscrire à des cours de musique, acheter un instrument
  1. Relève les points communs parmi tous ces mots:  Qu’est-ce qui revient le plus ?

Là tu commences à voir émerger ta mission.

Je tiens tout de suite à te rassurer : donne-toi le temps ! Le secret se trouve dans la patience.

“Accomplir sa mission, écrit Jean Monbourquette, c’est un peu comme tracer un sentier dans un lieu sauvage; on n’a pas d’autre option que de le faire au fur et à mesure qu’on avance”.

Trouver sa mission de vie n’est pas une quête ! Je l’avais mentionné dans le premier épisode et je le redis: ceci n’est pas une quête…le plus important est le voyage et non la destination 🙂

Maintenant, on retrouve Sonia : Sonia a la mi- quarantaine, elle est blonde aux yeux noisette et Sonia est compétitive et elle assume ça ! Car selon elle être compétitive, c’est vouloir se dépasser, se challenger pour grandir. Elle fait donc une saine compétition avec sa famille et ses employés. Car Sonia est entrepreneuse, elle a réussi avec son mari à être leaders sur le marché de la construction, ça fait 15 ans qu’ils ont ouvert leur boite ensemble et qu’ils ont réussi en tant que couple et en tant qu’associés.

Mais les premiers amours de Sonia, c’est l’informatique ! Elle a toujours été un peu geek, fan de Star Wars depuis ses jeunes années!  Elle a voulu dès son jeune âge, travailler en TI. Grâce d’ailleurs à ses habilités et ses connaissances, elle a pu propulser le site internet de leur entreprise sur le web …. ainsi chaque client est capable de voir les différents avancements des chantiers en direct et en streaming. Elle a même créé une application qu’elle a pu vendre sur le marché. Bref, Sonia est ambitieuse et elle a le flair de l’entreprenariat.

Sonia a donc décidé de créer une autre entreprise en parallèle et qui vise un rôle conseil auprès des petites et moyennes entreprises qui cherchent à prendre le virage numérique. Donc sa nouvelle mission devient :

« Propulser les organisations dans la transformation numérique »

C’est simple mais tellement parlant !

Les valeurs

Enfin, le troisième pilier représente les valeurs. Pour une entreprise, les valeurs sont un ensemble de croyances collectivement partagées et qui décrivent les comportements essentiels à la réalisation de la mission de l’entreprise.

Mais qu’est-ce qu’une valeur ? La valeur, vient du mot latin valor, dérivé de valere qui signifie être fort, puissant. Une valeur est une sorte de notion de critère de choix qui guide le jugement moral des individus et des sociétés. La valeur nous motive et nous permet de distinguer ce qui est important pour nous. Ça nous permet donc d’avoir un jugement et oriente nos décisions d’un point de vue moral.

Par exemple, on va se projeter…tu me diras encore! Mais là c’est l’été, cet été …les restaurants et les terrasses sont enfin ouverts !! Et si tu as une valeur forte de respect, et que tu as donné rendez-vous à un ou une amie à 19h pour souper, et bien selon toi, c’est impensable d’arriver en retard. Il y a de même de fortes chances que tu arrives en avance et que si ton ami(e) arrive à 19h15, tu vas surement trouver ça pas correct, parce que chez toi il s’agit d’une valeur forte. Alors que si ton ami(e) le fait, il y a de fortes chances que le respect de l’heure ne soit tout simplement pas important pour lui ou pour elle. Peut-être que cette personne a une valeur différente et importante et c’est la famille car peut-être qu’elle tenait à compléter le rituel du dodo des enfants avant d’aller au resto.

Il est vrai que nous avons cette envie de vivre selon nos propres valeurs et d’être alignés avec soi. Le souci c’est que lorsque l’on essaie de le faire, nous allons nous retrouver à mettre en danger des besoins dans notre vie qui sont actuellement comblés et qui ne le seront plus si nous allons dans le sens de nos valeurs. Si je décide là maintenant de quitter mon emploi, je vais peut-être me mettre en danger financièrement.

Et le problème à mon avis est que nous avons tellement l’habitude d’attendre que ce soit l’extérieur qui comble ces besoins, que nous les avons entièrement délégués à l’extérieur de nous-même. Par exemple, pour le besoin d’estime de soi, le besoin d’amour et d’appartenance, nous attendons que ce soit l’environnement extérieur qui nous les donne et que les autres personnes nous aiment et nous valorisent. Nous avons donc appris à déléguer nos besoins à autrui, chose qui est normale puisque c’est quelque chose de socialement appris, nous avons appris à déléguer nos émotions aux autres, nous avons délégués l’ensemble de nos besoins aux autres, nous avons même appris à formuler nos besoins aux autres.

Nous n’avons pas appris à combler ce besoin d’estime de soi en partant de nous-mêmes, en se disant:  je ne vais pas me laisser tomber, je m’aime, parce que je sais que je peux être là pour moi et que je vais être là pour moi et que je n’ai pas peur de ne plus être aimé(e), que je me fais confiance et que je suis là pour moi.

Une fois qu’on apprend cela, à mon avis, un détachement se fait, surtout si on veut vivre selon nos valeurs, car finalement, nous n’aurons jamais l’approbation de l’intégralité de notre entourage, il y aura toujours des personnes pour nous dire que notre projet ou que cette idée est folle.

La question ne sera pas de savoir ce que les autres en pensent mais de se demander ce que nous nous en pensons:

Suis-je d’accord avec mes actions ?

Est-ce que je me sens bien en faisant cela ?

Est-ce que cela me parait juste et bon ?

Est-ce que c’est la personne que j’ai envie d’être ?

Est-ce que c’est ce vers quoi j’ai envie d’aller ?

Est-ce que je me fais confiance sur le chemin ?

Est-ce que je vais m’aimer dans mes réalisations autant que dans mes échecs ?

Si nous sommes capables de combler nos besoins en partant de soi, alors on pourra aller vers son accomplissement personnel parce que l’on n’aura plus besoin de la validation extérieure.

Maintenant je vais te présenter Sabrina. Sabrina est jeune, début vingtaine, elle est brune aux yeux couleur miel en forme de noisettes, elle est créative, artiste et passionnée par son travail. Sabrina est coiffeuse, ou plutôt comme elle aime se faire appeler: designer, car elle transcende son imagination et sa créativité par des coupes hyper tendances !

Aussi, Sabrina a une autre valeur importante pour elle et c’est l’entraide.

Tout ce que fait Sabrina est aligné avec ses valeurs. La preuve : elle a réussi à convaincre la propriétaire du salon de coiffure où elle travaille, ainsi que ses collègues de faire une action bénévole à chaque 3 mois, en offrant des coupes gratuites à des sans-abris ou à des gens dans le besoin.

Quand on réalise des actions alignées à nos valeurs, on devient inspirants pour notre entourage. Sabrina en pensant combler ses valeurs, elle a pensé d’abord à elle et à ce qu’elle peut faire comme contribution dans le monde. Penser à soi n’est pas un exercice égoïste car ceci permet justement d’inspirer les autres et les faire rayonner à leur tour.

Vraiment, Sarah, Sonia et Sabrina sont toutes inspirantes! Tu ne trouves pas ?!

Et tu l’as peut-être compris : on va retrouver Sarah, Sonia et Sabrina dans les prochains épisodes et de voir leur évolution et leur croissance.

Et pour finir, ensemble, la vision, la mission et les valeurs constituent l’ADN que ce soit pour l’entreprise ou pour l’individu. Elles permettent d’établir une ligne de conduite, une ligne directrice, qui permet de faciliter toute décision donc toutes nos actions.

Ça permet aussi de favoriser notre engagement;

Ça nous permet de rayonner par notre caractère unique;

Ça nous permet d’avoir de la crédibilité.

Et pourquoi? Car on sera COHÉRENT : COHÉRENT puisque toutes nos actions sont alignées à nos valeurs pour atteindre notre vision.

Tu peux t’amuser à lire et à te demander quelles sont les missions, valeurs et vision des entreprises connues. De mon côté, j’ai pris le temps à le faire pour mon site cultivetonpotentiel.com et je t’invite à découvrir le contenu dans la section « qui suis-je ».

Je vais m’arrêter là pour ce second épisode. Je te remercie de m’avoir écoutée et te donne rendez-vous dans deux semaines.

Je t’invite à t’abonner pour ne pas manquer les prochains épisodes. Tu peux le faire sur l’application de ton choix. Et je te retrouve dans la section commentaires ou sur les réseaux sociaux.

Je te laisse cultiver les graines. Je t’embrasse, passe une excellente fin de semaine et je te dis à bientôt !

Lamia

Application/ Exercice pratique:

Je te propose une série de questions à explorer : Visualisation de la vision:
  • Où es-tu physiquement ? Dans quel pays ? Quelle ville ? Est-ce que tu vis dans une maison/ un loft / un condo / peut-être un chalet ?
  • Est-ce que tu vis seul(e) ou tu as une petite famille ? Une grande famille ? Est-ce que tu as des enfants ? Est-ce que tu as de la famille ou des amis autour de toi ?
  • À quelle heure tu te lèves le matin ? Te réveilles-tu avec ou sans réveil ? Et à côté de qui ?
  • Comment tu commences ta journée ? Est-ce que tu as une routine matinale ? Est-ce que tu fais du sport ? Si tu fais du sport, est-ce que tu t’entraines le matin ou le soir ? Est-ce que tu médites ?
  • Après, qu’est-ce que tu fais de tes journées ? Tu te lèves pour faire quoi ?  Est-ce que tu crées des choses ? Qu’est-ce que tu fais de tes journées et pourquoi tu le fais ?
  • Où est-ce que tu vas ? Est-ce que tu restes à la maison ? Ou est-ce que tu travailles dehors ?  Est-ce que tu es derrière un bureau ?
  • Est-ce que tu travailles en équipe ? Ou tu travailles seul(e) ?
  • Qu’est-ce qui est important pour toi ? Qu’est-ce que cela te fait sentir ? Quelles sont les émotions principales que tu ressens le matin quand tu te lèves ? Le midi quand tu discutes avec tes collègues si tu en as ? L’après-midi, le soir lorsque tu es avec ta famille et avec les gens avec qui partagent ta vie, qu’est-ce que tu ressens ?
  • Comment tu réagis à ce moment-là face au stress ? Face au doute ? Face aux échecs ?
  • Comment tu te procure du plaisir ? Qu’est-ce qui fait ton bonheur ? Est-ce que tu es dans la gratitude ? Qu’est-ce que tu ressens et pourquoi tu fais ces choix dans ta journée, et pourquoi ils sont importants pour toi ?
Mission de vie:
  1. Identifie 3 à 4 expériences / souvenirs passés ou présents dans lesquelles tu t’es senti pleinement épanoui, enthousiaste ou heureux : Décris-les comme si tu étais en train de les vivre au présent; Entoure les mots importants, en particulier les verbes d’action ;
  2. Regroupe ces mots ou ces phrases en 4 catégories et complète avec d’autres mots ou verbes s’il en manque: Circonstances / Pensées / Émotions / Actions. Par exemple:
  • Circonstance / évènement / contexte factuel: assister à un concert de musique
  • Pensée / ton discours interne / paroles de ta conscience: wow, j’adorerais apprendre la musique
  • Émotions: curiosité / enthousiasme / emballé / adoré
  • Actions passées ou actions souhaitées: s’inscrire à des cours de musique, acheter un instrument
 
  1. Relève les points communs parmi tous ces mots:  Qu’est-ce qui revient le plus ?
Valeurs (test):
http://www.psychomedia.qc.ca/tests/questionnaire-des-valeurs-par-portraits-revise

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *